Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 20:36
link : Bande-annonce en anglais


LOVE 19 Mars 2008  5
Drame britannique (1969) de Ken Russell (Women in love). Avec Alan Bates, Oliver Reed, Glenda Jackson. 130 min.
Un mariage et quatre enterrements.











Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 16:38
Jindabyne, Australie - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Jindabyne, Australie - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)


JINDABYNE 16 Mars 2008  4
Drame australien (2006) de Ray Lawrence. Avec Laura Linney, Gabriel Byrne, Deborra-Lee Furness. 123 min.
Mystery river.

Jindabyne, Australie - Ray Lawrence (réalisateur)

Jindabyne, Australie
Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 13:34
link : Bande-annonce en anglais


JARDINS DE PIERRE 16 Mars 2008  3
Drame américain (1987) de Francis Ford Coppola (Gardens of stone). A
vec James Caan, Anjelica Huston, James Earl Jones. 112 min.
American Memorial.

Entre une période artistique de grâce durant les seventies (les deux premiers "Parrain", les palmés "Conversation secrète" et "Apocalypse Now") et son grand retour auprès du public à l'aube des années nonantes (le troisième volet du "Parrain" et "Dracula"), Francis Ford Coppola crée des oeuvres plus intimistes qui ne bousculent pas les foules ("Rusty James" ou encore "Peggy Sue s'est mariée"). C'est au cours de la seconde partie de cette décennie que "Jardins de pierre" sort sur les écrans.

Jardins de pierre
Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 16:08
Un coeur invaincu - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Un coeur invaincu - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)



UN COEUR INVAINCU 15 Mars 2008  3
Drame britannique (2006) de Michael Winterbottom (A mighty heart). Avec Angelina Jolie, Archie Panjabi, Will Patton. 100 min.
Daniel Pearl, une vie volée.
Tout le monde a encore en mémoire l'exécution du journaliste Daniel Pearl, alors chef du bureau du Wall Street Journal en Asie du Sud. Il se rendit au Pakistan pour enquêter sur Richard Reid (un terroriste d'Al-Qaida, surnommé à juste titre "shoe bomber") qui, quelques mois après le 11 septembre, tenta de faire sauter le vol 63 d'American Airlines. Depuis la date de son enlèvement par un groupe extrémiste ("le mouvement national pour la souveraineté pakistanaise"), six jours d'espérance, de doute et de désespoir vont s'écouler avant qu'il ne soit trop tard...

Un coeur invaincu - Angelina Jolie

Bouleversé par la mort de Pearl (dont la dépouille fut retrouvée à Karachi), durant le tournage de "In this world" (qui se déroulait déjà au Pakistan), le cinéaste engagé Michael Winterbottom s'est empressé d'acquérir les droits d'adaptation du roman exutoire ("A mighty heart : the brave life and death of my husband Danny Pearl") de l'épouse du reporter, Marianne (qui travaille également pour la presse). Plus proche cette fois de la fiction que du documentaire (comme l'était "The road to Guantanamo"), Winterbottom nous revient avec un docu-fiction supplémentaire à ajouter à sa filmographie (son domaine de prédilection depuis "Welcome to Sarajevo"). Si l'épilogue est d'emblée connu, Winterbottom parvient à maintenir une tension de tous les instants grâce à une mise en scène inspirée et à l'interprétation tout en retenue d'Angelina Jolie (méconnaissable dans la peau de Marianne Pearl), qui délaisse son statut de star au profit de celui de femme engagée. Pour la petite histoire, Brad Pitt (un des producteurs de "Un coeur invaincu") est venu le défendre l'an passé à Cannes, où le film était présenté hors compétition.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 16:06
Irina Palm - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Irina Palm - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)



IRINA PALM
14 Mars 2008  4
Comédie dramatique belge (2007) de Sam Garbarski. Avec Marianne Faithfull, Miki Manojlovic, Kevin Bishop. 103 min.
Une dévotion pornographique.
Le survol d'un village verdoyant de l'agglomération londonienne est trompeur. Loin des demeures bourgeoises avoisinantes, la caméra se focalise sur un bloc de logements sociaux pour suivre le quotidien d'une veuve sans emploi qui se sacrifiera corps et âme pour tenter de sauver son petit-fils d'une mort proche. Face au temps compté, Maggie (Marianne Faithfull) n'a pas d'autres alternatives que d'accepter un boulot de serveuse dans le quartier chaud de Soho, pour le compte de son maquereau (finement interprété par Miki Manojlovic, l'acteur fétiche de Emir Kusturica). Sous son pseudonyme d'Irina Palm et à la force de son poignet droit, Maggie voit défiler les phallus à la queue leu leu, seules ressources pour payer les frais de transport vers l'Australie où aura lieu l'intervention chirurgicale...

Irina Palm - Miki Manojlovic et Marianne Faithfull

Le second film du réalisateur belge Sam Garbarski ("Le tango des Rashevski") ressemble à s'y méprendre au cinéma de Ken Loach. Au travers de ce portrait de femme scénarisé par Philippe Blasband ("Une liaison pornographique", "Nathalie..."), Garbarski offre un merveilleux premier rôle à Marianne Faithfull qui le lui rend si bien en donnant le meilleur d'elle-même, en incarnant cette cinquantenaire qui doit faire face à l'incompréhension de son fils, au commérage et à l'hypocrisie du voisinage, mais aussi à ce monde de l'inconnu et de la perversion. Tous les pièges traditionnels sont astucieusement évités grâce à une mise en scène sobre qui ne sombre jamais dans le pathos, au point que les deux artistes belges créent une des oeuvres les plus étranges et les plus attachantes de ces dernières années.
ti_bug_fck

Partager cet article
Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 23:57
Cloverfield - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Cloverfield - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)


CLOVERFIELD 9 Mars 2008  4
Film de science-fiction américain (2008) de Matt Reeves. Avec Michael Stahl-David, Lizzy Caplan, Jessica Lucas. 90 min.
New York 2007.
Il est manifeste que le 11 septembre a marqué les consciences patriotiques ! Tandis qu'une fête entre jeunes bat son plein, Manhattan est brusquement en proie au pire des cataclysmes. Même la Statue de la Liberté en perd la tête. Dans cet amas de ruines, les images d'amateur d'un d'eux nous font revivre l'indescriptible chaos apocalyptique dans lequel la ville est plongée...

Cloverfield
Le producteur de la série événement "Lost", J. J. Abrams, est à la base de ce succès phénoménal qui a alimenté les discussions les plus animées sur le net. Il démontre une fois de plus sa maestria pour l'engouement médiatique qu'il parvient à susciter. Mais il est fort à parier que plus d'un en resteront pantois car, loin du blockbuster, il se fout pas mal de taire l'identité et l'origine de l'agresseur, qui n'est finalement qu'une métaphore de l'état d'esprit paranoïaque qui hante la plupart des citoyens américains vis-à-vis d'un ennemi hypothétique.   
Cloverfield - J.J. Abrams, Matt Reeves et Bryan Burk sur le tournage
Filmé en caméra subjective à la "Blair witch project", "Cloverfield" est une expérience cinématographique qu'on n'est pas prêt d'oublier d'aussitôt, d'autant que tous les poncifs casse-gueule sont évités dont une happy end qui aurait dénaturé l'ensemble. Gageons qu'une suite ne verra jamais le jour...
Partager cet article
Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 00:13
Sicko - Bande-annonce 2 (Anglais sous-titré)Sicko - Bande-annonce 2 (Anglais sous-titré)


SICKO 7 Mars 2008  2
Documentaire américain (2007) de Michael Moore. 120 min.
 
L'Amérique malade; crache ou clamse...
Au pays de Bush, les riches sont des privilégiés qui ignorent les plus démunis. Alors que le second mandat de W. ("debelyou") touche à sa fin, son détracteur le plus médiatisé, Michael Moore, revient à la charge. Cette fois-ci, il s'en prend au fonctionnement à deux vitesses des soins de santé qui s'ajoute à la liste déjà longue relative aux injustices et aux incohérences (volontaires) du système américain : les licenciements abusifs des multinationales ("Roger et moi" et "The big one"), la permissivité vis-à-vis du port d'armes ("Bowling for Columbine") ou la politique suspecte dans la guerre contre le terrorisme (dans le palmé "Fahrenheit 9/11"). Insistant sur le fait qu'une personne sur cinq n'est pas couverte (60 millions de la population des USA, ce qui équivaut à la France entière !), Moore s'intéresse à la partie des 80 % restants qui ne parvient pas à joindre les deux bouts.
Armé de sa caméra, l'homme à la casquette part à la rencontre de ces victimes de la vie et du gouvernement américain. Ainsi pour appuyer cette réalité désastreuse, Michael Moore compare la situation avec trois autres pays; le Royaume-Uni, la France et... Cuba (on viendrait presque à croire qu'il regrette de ne pas vivre dans un pays communiste !). Et c'est là que le bât blesse car il s'appuye sur des cas extrêmes pour illustrer son réquisitoire courageux (ces trois nations apparaissent aller pour le mieux dans le meilleur des mondes; c'est un peu facile de filmer un couple français qui touche 8.000 euros par mois, de faire croire que tous les médecins anglais roulent dans une grosse bagnole, ou de prétendre que les files d'attente dans les hôpitaux d'Europe occidentale ne sont pas le quotidien des patients qui deviennent vite des impatients !!!).
Sicko - Michael Moore
Si le style Moore est toujours aussi percutant, le fond de "Sicko" laisse à désirer : trop de sensationnalisme, trop de démonstrations hâtives et maladroites, et un ego qui lui sert à se mettre en avant plutôt que ses intervenants dont il use et abuse comme des marionnettes. Mais plus destiné à ses concitoyens, l'oeil de Moore atteint sa cible émotionnelle. Espérons qu'il réveillera les consciences endormies...
Partager cet article
Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 20:04
Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)



SWEENEY TODD, LE DIABOLIQUE BARBIER DE FLEET STREET 4 Mars 2008  3
Film musical américain (2007) de Tim Burton (Sweeney Todd, the demon barber of Fleet Street). Avec Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman. 115 min.
The barber : l'égorgeur aux bras d'argent.
Si dès les premières images le style Burton se reconnaît entre mille, il déconcerte par son incursion dans l'univers musical. En effet, pour cette sixième collaboration harmonieuse avec son ami (dont "Ed Wood", "Sleepy Hollow" ou "Charlie et la chocolaterie"), Johnny Depp pousse la chansonnette dans un rôle qui évoque celui de "Edward aux mains d'argent", la frimousse juvénile en moins et la soif de vengeance en plus (qui sans la présence de Daniel Day Lewis aurait décroché l'Oscar).
Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street - Tim Burton (réalisateur) et Johnny Depp
Après une absence de plusieurs années, le barbier de Londres est de retour pour trancher la gorge du juge Turpin (Alan Rickman), l'homme qui a brisé sa vie en l'envoyant au trou et en lui subtilisant sa femme avant de la violer. En s'installant au-dessus de la boulangerie de Madame Lovett (Helena Bonham Carter, l'épouse à la ville du réalisateur), il retrouve son fond de commerce avant de relancer du même coup (de rasoir) celui de sa voisine grâce aux ventes phénoménales de ses tourtes; la vengeance est un plat qui se mange farci ! En les dégustant avec délectation, les habitants oublient de s'interroger sur l'origine de cette farce de mauvais goût...

Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street - Johnny Depp et Helena Bonham Carter

Le seul hic qu'on peut reprocher à Tim Burton est de nous mener en bateau pendant une grande partie de ce nouveau conte macabre qui peine à démarrer. Mais au vu de l'épilogue grandiose et inattendu, on se dit qu'il est roublard tant il nous a roulés dans la farine par l'entremise de ce récit immoral aux couleurs noir gothique et rouge sang.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 20:15
MR 73 - Bande-annonce 1 (Français)MR 73 - Bande-annonce 1 (Français)


MR73 3 Mars 2008  2
Film policier français (2007) d'Olivier Marchal. Avec Daniel Auteuil, Olivia Bonamy, Gérald Laroche. 124 min.
Le dernier souffle.
undefined
Avant-première à l'UGC de Brouckère à Bruxelles :
Moment unique en présence du réalisateur Olivier Marchal, de l'actrice Catherine Marchal (qui est aussi sa femme) et du plus grand acteur français, Daniel Auteuil, qui campe un flic solitaire détruit par les épreuves de la vie. L'ambiance était très détendue et bon enfant pour mieux préparer le spectateur à ce qui allait suivre sur le grand écran...




Depuis la mort accidentelle de sa femme, Louis Schneider noie son chagrin dans l'alcool. Après une bourde de plus (en détournant un bus avec son arme de service pour qu'il le ramène à son domicile !), ses supérieurs lui confient une nouvelle enquête des plus périlleuses concernant les meurtres perpétrés par un tueur en série qui sème la mort à Marseille. Au même moment, le criminel Charles Subra (Philippe Nahon, "Seul contre tous", toujours aussi inquiétant) est sur le point d'être libéré. Le passé refait surface puisque vingt-cinq ans plus tôt, Schneider était présent sur la scène du crime qui voyait les parents de Justine (Olivia Bonamy) sauvagement assassinés par ce même Subra. Devenue femme (et bientôt mère), Justine fait appel à Schneider...
MR 73 - Daniel Auteuil
Acteur dans "Truands" de Frédéric Schoendoerffer (qui fait d'ailleurs une apparition éclair), Olivier Marchal repasse derrière la caméra avec "MR73" qui clôt sa trilogie sur le milieu oppressant de la police ("Gangsters", "36 Quai des Orfèvres"), au sein de laquelle il travailla à l'époque. Même si son dernier opus se regarde avec plaisir, il emprunte certains raccourcis trop faciles au fil du récit, dus aux histoires sous-jacentes qui s'entremêlent et qu'il peine à dénouer.
MR 73 - Olivier Marchal
Ce polar des plus noirs (Marseille et sa région ont rarement été filmées aussi glauques) rappelle à l'esprit les meilleurs Corneau dont le titre "MR73" (le nom d'une arme de poing) fait référence au "Police Python 357" du metteur en scène du "Choix des armes", le brio de son aîné en moins ! Lorsque le générique défile dans un silence de mort, la présence de l'extraordinaire Daniel Auteuil qui crève l'écran continue à nous hanter... A la vie, à la mort...
Partager cet article
Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 20:10
Michael Clayton - Bande-annonce 2 (Anglais sous-titré)Michael Clayton - Bande-annonce 2 (Anglais sous-titré)



MICHAEL CLAYTON 2 Mars 2008  5
Thriller judiciaire américain (2007) de Tony Gilroy. Avec George Clooney, Tom Wilkinson, Tilda Swinton. 119 min.
La justice dans la peau.
Il semble bien révolu le temps du docteur Ross ! George Clooney en a fait du chemin depuis la série télévisée "Urgences" qui l'a rendu célèbre auprès de la gent féminine. Considéré à sa juste valeur depuis ses prestations remarquées chez les frères Coen (avec qui il vient de tourner un troisième film) et plus encore chez son complice et associé Steven Soderbergh (dont la seule ombre au tableau sont les deux suites de "
Ocean's eleven"), il est devenu une des personnalités hollywoodiennes les plus politiquement engagées. Justement, c'est via leur société de production (Section Eight) et celle de Sydney Pollack (qui joue aussi l'acteur comme il l'avait fait dans le dernier chef-d'oeuvre de Kubrick) que cette pépite brute pour cinéphile pur et dur a pu voir le jour. Cette histoire complexe au premier abord, car la limpidité du scénario de Tony Gilroy la rend finalement claire et accessible, est une véritable charge contre le mercantilisme, le pouvoir et l'hypocrisie dans le milieu ultracapitaliste du travail.

Michael Clayton - Le producteur Steven Soderbergh, le réalisateur Tony Gilroy et George Clooney sur le tournage

Michael Clayton est avocat au sein d'un grand cabinet new yorkais. Divorcé, endetté, il entretient une relation superficielle avec son jeune fils. Face à ce vide existentiel et à la détresse de son gamin, il répond à l'appel à l'aide de son ami et associé (rendu fou et hors jeu dans la bataille contre Goliath), au risque de mettre à son tour sa vie en danger en affrontant U/North, une multinationale agrochimique capable du pire pour s'enrichir, quel qu'en soit le prix à payer...

Michael Clayton - George Clooney
Dopé par le succès phénoménal de sa brillante adaptation de la trilogie "Jason Bourne" de l'écrivain Robert Ludlum, Tony Gilroy (qui s'est bien entouré) réussit haut la main son coup d'essai derrière la caméra. En témoigne une narration rondement menée qui est brusquement interrompue à un moment-clé, avant de se retrouver quatre jours auparavant et de percevoir d'un tout autre oeil les tenants et aboutissants de cette même scène. Assez proche de "L'associé du diable" (né de sa plume) mais traité de façon moins libérale et moins "grand public", "Michael Clayton" est un pamphlet de gauche que le cinéma américain de qualité affectionne tant depuis ces dernières années de "busherie" ! Pas surprenant que "Michael Clayton" repose sur les épaules de George Clooney qui donne le meilleur de lui-même avec ce thriller politique dans la lignée de "Syriana". "Erin Brockovich", "Michael Clayton",... même combat pour un monde moins corrompu...

i_bug_fck

Partager cet article
Repost0