Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 16:06
Irina Palm - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)Irina Palm - Bande-annonce 1 (Anglais sous-titré)



IRINA PALM
14 Mars 2008  4
Comédie dramatique belge (2007) de Sam Garbarski. Avec Marianne Faithfull, Miki Manojlovic, Kevin Bishop. 103 min.
Une dévotion pornographique.
Le survol d'un village verdoyant de l'agglomération londonienne est trompeur. Loin des demeures bourgeoises avoisinantes, la caméra se focalise sur un bloc de logements sociaux pour suivre le quotidien d'une veuve sans emploi qui se sacrifiera corps et âme pour tenter de sauver son petit-fils d'une mort proche. Face au temps compté, Maggie (Marianne Faithfull) n'a pas d'autres alternatives que d'accepter un boulot de serveuse dans le quartier chaud de Soho, pour le compte de son maquereau (finement interprété par Miki Manojlovic, l'acteur fétiche de Emir Kusturica). Sous son pseudonyme d'Irina Palm et à la force de son poignet droit, Maggie voit défiler les phallus à la queue leu leu, seules ressources pour payer les frais de transport vers l'Australie où aura lieu l'intervention chirurgicale...

Irina Palm - Miki Manojlovic et Marianne Faithfull

Le second film du réalisateur belge Sam Garbarski ("Le tango des Rashevski") ressemble à s'y méprendre au cinéma de Ken Loach. Au travers de ce portrait de femme scénarisé par Philippe Blasband ("Une liaison pornographique", "Nathalie..."), Garbarski offre un merveilleux premier rôle à Marianne Faithfull qui le lui rend si bien en donnant le meilleur d'elle-même, en incarnant cette cinquantenaire qui doit faire face à l'incompréhension de son fils, au commérage et à l'hypocrisie du voisinage, mais aussi à ce monde de l'inconnu et de la perversion. Tous les pièges traditionnels sont astucieusement évités grâce à une mise en scène sobre qui ne sombre jamais dans le pathos, au point que les deux artistes belges créent une des oeuvres les plus étranges et les plus attachantes de ces dernières années.
ti_bug_fck

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 12:36

link : Site officiel du film
Cages
CAGES 14 Décembre 2007  3
Drame belge (2006) d'Olivier Masset-Depasse. Avec Anne Coesens, Sagamore Stévenin, Micheline Goethals. 86 min.
Maladie d'amour.
Eve (Anne Coesens) et Damien (Sagamore Stévenin) connaissent une relation fusionnelle sans égale. A la suite d'un accident de la route, Eve a le larynx sectionné. Quelques mois plus tard, la jeune femme qui n'émet pratiquement plus aucun son est atteinte d'un bégaiement d'origine psychologique. Par crainte de le perdre définitivement, elle le lie de sorte qu'il lui appartienne entièrement corps et âme. D'autant plus que depuis peu de temps, il entretient une liaison avec Léa, une habituée de leur café. Leur amour vacillant résistera-t-il au temps ?

Cages

Pour son premier essai, ce jeune réalisateur belge surprend par l'originalité et le traitement de son sujet... au plus près des corps. Une ode à l'amour fou sur les falaises de la Côte d'Opale sublimée par ses deux jeunes comédiens en état de grâce... On suivra avec un vif intérêt le prochain...

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 13:08
Cowboy - Teaser 1 (Français)Cowboy - Teaser 1 (Français)



COWBOY 7 Décembre 2007  3
Comédie belge (2006) de Benoît Mariage. Avec Benoît Poelvoorde, Gilbert Melki, François Damiens. 96 min.
"Strip-Tease" à la winchester !
Près d'une décennie plus tard, Benoît Mariage retrouve son comparse du "Signaleur" et des "Convoyeurs attendent". Dans cette mise en abyme, Benoît Poelvoorde incarne un journaliste sans scrupules friand de sensationnalisme. Tout l'opposé de Mariage, du temps où il mettait en boîte des reportages cocasses pour Strip-Tease, l'émission à l'esprit décalé du petit écran. Daniel Piron (un Poelvoorde cabotin) est lassé de tourner dans des spots de la sécurité routière. Tombant sur des images d'archives de la prise d'otage de Vielsalm, il entreprend la mise en chantier d'un documentaire sur l'évènement qui avait frayé la chronique vingt-cinq années auparavant. Il ne lui reste plus qu'à convaincre les protagonistes de ce drame de témoigner à coeur ouvert devant la caméra et de revivre ce jour de 1980 qui a changé le cours de leur vie à tout jamais. Mais son mépris envers les "acteurs" complique la concrétisation de ce projet pour la télévision...

Cowboy

Dans un rôle pathétique comme il les affectionne tant, Benoît Poelvoorde est touchant dans la peau de cet écorché vif en pleine crise de la quarantaine (situation qu'il vit en ce moment). Fervent défenseur de la belgitude, Benoît Mariage filme avec cynisme et compassion ses compatriotes. Le hic, même si les fous rires sont de la partie, est qu'on assiste à un rabâchage des "Convoyeurs attendent". Si bien que rapidement, le film tourne en rond et chaque nouvelle apparition de François "l'Embrouille" Damiens finit par nous casser les couilles ! Nonobstant (!) la déception, on passe malgré tout un bon moment.

Samedi 10 Mai 2008 : Rencontre fortuite avec Benoît Mariage au restaurant "Le Val Mosan" à Wépion.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 16:01
Nue propriété - Bande-annonce 1 (Français)Nue propriété - Bande-annonce 1 (Français)



NUE PROPRIETE 2 Novembre 2007  5
Drame belge (2006) de Joachim Lafosse. Avec Isabelle Huppert, Jérémie Renier, Yannick Renier. 90 min.
Abel et Caïn.
A l'image de la Belgique, son cinéma est surréaliste. C'est un peu "Tintin au pays de l'orange bleue" !  Ses problèmes communautaires ne sont pas que politiques; en effet la sortie d'un nouveau film flamand, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, n'est pas toujours programmée dans les salles obscures de son voisin wallon... Si certains noms avaient déjà marqué de leur empreinte le septième art belge, tels que André Delvaux ("Un soir... un train"), Chantal Akerman ("Golden eighties") ou Marion Hansel ("Dust"); sa renommée mondiale commence véritablement au début des années nonantes... Les maintes déclarations de sa plus belle histoire d'amour ont eu lieu dans la grande salle du Palais des festivals de Cannes, la ville de son coeur, avec l'annonce officielle d'une Caméra d'Or ("Toto le héros" de Jaco van Dormael) et de deux Palmes d'Or pour les frères Dardenne. Sans oublier la naissance du film culte "C'est arrivé près de chez vous", qui a révélé l'irrésistible Benoît Poelvoorde. Avec "Nue propriété", un nouveau talent (dont on va très vite reparler) est né, Joachim Lafosse. La maîtrise de ce jeune réalisateur belge, tant visuelle que scénaristique, est impressionnante de maturité. Des jumeaux (des faux), les frères (des vrais) Renier, vivent avec leur mère divorcée (Isabelle Huppert). A un âge où elle veut se reconstruire (professionnellement et sentimentalement), tous ses plans sont stoppés net par l'égoïsme et l'assistanat de ses deux grands fils (qui ont cessé de grandir trop tôt). Lorsqu'elle annonce la vente du domaine familial, à la compréhension de François (Yannick Renier) répond la vanité et la rage de Thierry (un fabuleux Jérémie Renier en chien fou)...

Nue propriété - Yannick Rénier, Jérémie Renier, Isabelle Huppert et Kris Cuppens

Lafosse filme l'imposante propriété brabançonne comme un personnage à part entière. Entre ses murs, le drame se précise au fil du récit jusqu'à l'irréparable. Justesse des mots, authenticité des situations; ce drame psychologique fait penser aux meilleurs crus de Chabrol, d'autant plus que Isabelle Huppert (une habituée du cinéaste français) est l'actrice principale de ce huis clos implacable...  

Partager cet article
Repost0
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 22:17
Black Book - Bande-annonce 2 (Néerlandais sous-titré)Black Book - Bande-annonce 2 (Néerlandais sous-titré)



BLACK BOOK 3 Juin 2007  6
Film de guerre hollandais (2006) de Paul Verhoeven (Zwartboek). Avec Carice Van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman. 145 min.
Une page noire de l'histoire de l'humanité.
Avec ce retour au pays, Paul Verhoeven ("Basic Instinct", "Starship troopers") signe là sa meilleure oeuvre. Alors que le sujet était casse-gueule (le sort des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale), le sulfureux et provocant cinéaste hollandais s'en sort avec tous les honneurs, réussissant pratiquement le film parfait. Il nous livre sa version du "journal d'Anne Frank", tourné dans sa langue maternelle.

Black Book - Paul Verhoeven

En octobre 1956, dans un kibboutz, une femme qui est en voyage organisé, avec son mari, en Terre sainte, reconnaît l'institutrice locale (qui semble appartenir à son passé). Douze ans plus tôt, en Hollande, une jeune femme juive (en fait la future institutrice) est la seule survivante de sa famille tuée sous ses yeux. A la manière de Mata Hari, elle va séduire le chef de la Gestapo locale dans le dessein de se venger...

Black Book

Verhoeven brosse un portrait de femme bouleversant. Impuissante face au cours de l'histoire, cette jeune beauté candide (logique à l'aube de la fleur de l'âge) va faire preuve de beaucoup de courage dans ce monde de faux-semblants (d'ailleurs le notaire lui fera remarquer qu'il est déconseillé de faire confiance en ces temps tourmentés). Elle va faire face à la traîtrise, de certaines personnes de son propre camp, et (comble du sort) s'éprendre, petit à petit, de l'homme dont elle se servait pour parvenir à ses fins (déjà traité, mais différemment, dans "Showgirls"). En se remémorant tout son passé, elle semble être en paix avec elle-même. Malheureusement, les événements extérieurs vont encore en décider autrement. D'une humanité noble, ce bijou de tolérance est à montrer à tout un chacun.
nti_bug_fck

Partager cet article
Repost0